Celle qui en savait trop L

Keisha est une charmante arnaqueuse. Cette fausse médium offre ses services moyennant finances à toutes les âmes en détresse, en particulier aux familles en quête d’un proche disparu… Et justement Wendell Garfield a perdu sa femme, partie un jeudi soir pour faire ses courses hebdomadaires, mais qui n’est jamais rentrée. Quand Keisha vient frapper à la porte du mari désespéré pour lui proposer son aide, elle ne se doute pas que, pour une fois, ses « visions » vont frôler de très près la vérité. Alors pourquoi Garfield semble-t-il si violemment contrarié ? Keisha n’a décidemment aucun don de voyance : elle vient de se jeter dans la gueule du loup…

Si j’ai hésité à prendre ce polar quand j’ai lu la 4ème de couv, c’est parce que celle-ci semblait en annoncer un peu trop à mon goût. De ces précédentes lignes, tout me semblait dit mais forcément ça ne pouvait pas être le cas, et sachant que j’avais déjà lu un livre de cet auteur que j’avais beaucoup aimé (Crains le pire), j’ai pris la décision de l’achat et je ne le regrette pas. Ouvert hier matin et refermé hier soir, ces quelque 300 pages m’ont en effet captivée et j’ai avalé les lignes pour arriver à une fin qui n’était en effet pas tout à fait prévisible même si je ne peux pas pour autant parler de rebondissements mais Linwood Barclay a cette qualité d’emmener le lecteur là où il ne serait pas aller lui-même et de terminer ses livres dans un autre monde que celui du "tout est bien qui finit bien"… Mon premier polar de vacances est englouti, vite le prochain !