IMG_20140816_152435

IMG_20140816_165644

IMG_20140816_185510IMG_20140817_183548

IMG_20140817_193103

IMG_20140817_184735

IMG_20140817_184756

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’envie se faisait pressante, un besoin d’évasion, de changer de décor le temps d’un WE, partir pour avoir le plaisir de revenir. L’Aquitaine regorge de coins les plus séduisants les uns que les autres et c’est sur la Dordogne et plus précisément dans le Périgord noir qu’une de mes amies et moi avons jeté notre dévolu. Au commencement du dépaysement, un minuscule village dont le charme opère dès l’entrée, un petit coin de paradis, de calme et de verdure, Saint Léon sur Vézère. Bordés de saules pleureurs, la Vézère s’écoule tranquillement, les canards y nagent en famille et y cancanent en toute tranquillité, les canoéistes passent doucement en admirant la vue de ce bord de rivière si enchanteresse que le temps semble s’y être arrêté… Le temps d’un pique-nique, de douces et mélodieuses voix sont venues résonner dans ce joli décor, une troupe de joyeux troubadours comme ils se désignent eux-mêmes, qui entonnent un répertoire de chansons vieilles comme le monde, des mélodies qui loin de la troubler, se mêlent à notre tranquillité et enrichissent notre impression de vivre un moment surréaliste et unique. Quand vient le temps de prendre congés de nos joyeux fantassins, c’est vers un sublime manoir que nous nous dirigeons pour la nuit mais avant cela direction une jolie ferme, le Puits Fleuri, dont les propriétaires produisent, transforment et cuisinent leurs propres animaux pour un dîner gourmand de pures spécialité du sud ouest. Un réveil en douceur, un moment prolongé à la piscine du Manoir des Cèdres et nous voilà reparties pour explorer les trésors et les vues imprenables depuis la Côte de Jor. Un détour plus touristique dans le joli Sarlat le temps d’un déjeuner tardif et nous partons ensuite pour notre dernière étape, les Jardins de Marqueyssac. Un site classé qui, dans un dédale de buis, offre des parcours différents pour accéder au belvédère qui domine toute la vallée de la Dordogne. Les buis centenaires sont tous taillés à la main et prennent différentes formes tout au long de la balade en jouant le rôle du fil conducteur. Au cours de notre promenade, on ouvre des yeux d’enfant sur des cabanes en bois nichées dans les arbres d’où l’on admire des vues splendides, on joue la carte de la pause zen devant des petites cascades creusées dans la pierre, on emprunte (ou pas, selon notre façon d’être chaussées !!) des allées sinueuses, des petits escaliers et enfin on déploie tous nos sens subtils dans un coin de forêt magique, royaume des fées et des elfes si bien cachés qu’ils ont été matérialisés sur des peintures encadrées sur des grands panneaux de bois. Quand le parcours touche à sa fin, il reste une petite étape à franchir…trouver le chemin qui mène à la sortie dans le labyrinthe de buis telle une Alice au pays des Merveilles…de Marqueyssac. Sur la route du retour, on se livre nos impressions de bien-être, de légèreté, d’énergie retrouvée qui confirme que vivre l’instant présent dans toute son intensité pendant moins de deux jours, procure le même bénéfice qu’un séjour de plus longue durée…